Reprise des affaires

Le jour et la nuit, c’est incroyable à quelle point les choses peuvent changer en une fraction de seconde, après tout ce temps passé sans rien trouver, voilà qu’en l’espace d’une semaine l’univers décide enfin de rassasier mes yeux avides.

On the road


Un simple moment de paix.

 


Je ne peut que m’imaginer la vue au sol des anneaux de cette beauté à travers une atmosphère couleur violette.

 


Mélange de couleur assez atypique, que cette glace rose lézardée de vert citron.

 


Toujours un plaisir à contempler de si beaux anneaux.

 


Rollin’ rollin’ rollin’

Au détour d’un système je suis alors tombé sur une géante magnifique, certe à 200K SL du soleil d’origine, mais il suffisait de voir la carte du système pour se rendre compte que chaque satellite méritait le voyage.
Je ne fus pas déçu, parmi tous ces astres il y avait cette magnifique planète de glace escarpée, recouverte de pics vertigineux, de quoi y passer quelques heures, faisant le tour de la planète et en profitant pour faire quelques courses en chasseur.

 


Un petit bijou de glace.

 

 


Une pierre, deux coups, de quoi miner en faisant plaisir a ses mirettes.

 


Ca me fait toujours un effet surréaliste de voir des géantes à anneaux proches l’une de l’autre.

 


Une route s’achève et une autre commence, à l’heure où je vous transmet ces quelques lignes je viens de quitter Outer Arm pour le bras du Centaure.
Cela n’a pas été sans difficultés, la région ne se nomme pas « The sea of despair » pour rien, une zone vide, vide que j’ai pu en effet goûter.

Au bout de ma route pour quitter Outer Arm, je suis arrivé devant un fossé que mon ordinateur de bord me disait impossible à passer, un saut de plus de 124 AL alors qu’à vide sans carburant mon vaisseau à une portée de 125,06 AL maximum.

J’étais persuadé que c’était possible, j’ai donc fait en sorte de vider mon réservoir pour ne laisser qu’exactement ce qu’il fallait de carburant pour ne pas alourdir le vaisseau, et c’est la peur au ventre de tomber en panne de carburant a l’arrivée que j’ai vue le réacteur FSD accepter le saut, pour un bond de 124,86 AL.
Et j’y suis arrivé, fonçant directement sur le soleil pour recharger mes réservoirs, la seule autre alternative aurait été de faire un détour de plus de 3K AL, comme l’avaient fait mes prédécesseurs sur cette route, c’est donc tout fier de ma réussite et de mon vaisseau que je viens de pénétrer sur la toute pointe du bras du centaure.

Et je compte bien vous en rapporter quelques merveilles à vous partager, à bientôt pour une prochaine transmission.


Roadmap

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *