Passage à vide

Je pense qu’il faut être un peut fou pour entreprendre ce type d’aventure, parcourir l’extrême limite de notre galaxie, atteindre les systèmes les plus éloignés, dopant les réacteurs de son vaisseau au jumponium, n’ayant plus que pour limite le vide infini.
Je ne vous cache pas que ces dernières semaines ont été pour moi des plus arides, rien, physiquement rien, je n ‘ai été qu’entouré par le vide, entouré par ce ciel sans étoile empli par l’obscurité. Malgré tout ces AL de parcourus et ces heures à miner la surface d’astres sans beaucoup d’intérêt, je n’ai au final je vous l’avoue que peut de chose à vous narrer.
Mais c’est là où je pense qu’il est important de discourir, l’exploration n’est pas faite que de panache et de surprise, mais aussi de déconvenue et de passage à vide.

Sur la route


L’écrasante présence de cette boule de souffre.

 

 


Jolie cratére

 


Une merveille bleue, seule dans un ciel sans étoiles.

 


Amusant ce petit tumulus au centre de ce cratère, un joli tremplin en SRV.

 

 


J’adore toujours autant ces petites planètes escarpées et leurs veinures glacées

 


Je vous dis à bientôt, à travers cette quête un peut folle, en espérant bientôt vous ramener quelques merveilles à contempler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *